"Tout près d’ici reposent de Très Nombreux CITOYENS MORTS en MAI 1871 pour la REPUBLIQUE et la LIBERTE"

lundi 23 mai 2011

Que nous dit cette plaque ?

Cette plaque [1] est apposée au 1bis rue de la Solidarité Paris XIX, là où sont installés les studios de Radio FPP 106.3FM.

Cette plaque nous dit plusieurs choses :

  • Elle nous rappelle que l’insurrection joyeuse de la Commune de Paris fut écrasée dans le sang.
  • La Semaine sanglante se termine dans ce quartier « [des carrières d’]Amérique » où se retrouvent ici mêlés les corps de celles et ceux tombés durant les derniers combats, ceux des victimes des nombreuses exécutions sommaires, et plus tard les dépouilles de celles et ceux tombés ailleurs et mal inhumées, qui furent finalement jetées dans ces mines à l’abandon, nombreuses alors par ici.
  • Si nous n’y prêtons attention, les marchands et leurs alliés feront disparaître toute trace de nos luttes.

Nous avons cherché à en savoir plus : voici l’essentiel de ce que nous avons trouvé sur les histoires de cette plaque et du bâtiment qui la porte, du quartier à l’époque et des charniers qui s’y trouvent. Il reste des questions, merci de nous aider à trouver les réponses.
Par exemple : Vous avez participé aux commémorations de La Commune au 1 rue de la Solidarité ? Merci de nous raconter : par mail ’contact a rfpp.net’ (en remplaçant le ’a’ par @ et sans espace) ou 09 72 46 82 84 (répondeur).

Ces premiers éléments sont publiés à l’occasion du 150ème anniversaire de la Commune de Paris et de la Fête qu’organise à cette occasion Radio FPP 106.3FM le samedi 5 juin 2021.

1. La plaque et le bâtiment

DR 1.1 Le 10 mars 1898, le journalLe Rappel publie une belle tribune de Charles Bros (« Souvenons nous ») où, suite à ce qu’un vieux communard rencontré dans le quartier lui a raconté, il explique sa détermination à déposer au Conseil municipal du jour une « proposition tendant à ce qu’une plaque commémorative fût scellée à l’un des angles du futur groupe scolaire, en l’honneur des défenseurs de la liberté et de la République ».
Le 22 mars suivant,lemême journal indique que la proposition a bien été adopté par le Conseil municipal (« A la mémoire des six mille citoyens morts en 1871 pour la Liberté et pour la République. ») mais qu’en raison du veto probable du ministre de l’intérieur l’affaire pourrait s’arrêter là.
DR 1.2 L’Aurore du 5 septembre 1903 signale cette plaque « doublement éloquente » sur les murs de l’hôpital-dispensaire municipal accessible alors par 9 rue David D’Anger et en donne le texte : « tout près d’ici reposent de Très Nombreux CITOYENS MORTS en MAI 1871 pour la république et la liberté ».
Cet hôpital-dispensaire fut inauguré le 18 janvier 1902, au lendemain donc du 30ème anniversaire de la Commune, en présence de Charles Bros. Sa mise en scène (présence de la femme du Président,..) provoque alors unelarge couvertureparla presse mais il ne semble être question durant cette inauguration ni de la Commune de Paris et de sa répression, ni de la plaque.
Pourtant, L’Intransigeant du 20 janvier 1902 dans un article intitulé « L’impératrice au XIX » rappelle toutefois différents points, dont les charniers. DR
DR 1.3 Dimanche 23 mai 1937, plus de deux milles personnes se réunissent au 1 rue de la Solidarité pour l’inauguration d’une « plaque célébrant la mémoire des Fédérés qui périrent en cet endroit en 1871 » (Le Populaire 24 mai 1937).
DR 1.4 Janvier – Février 1979, le n°2 de la revueQuartier librehttps://www.des-gens.net/Histoire-7237nous le dit : « Sur le lieu proche d’un des charniers, tous les ans, en mai, en souvenir des Communards, des gerbes sont déposées devant cette plaque pour que Vive la Commune dans la mémoire populaire ».

2. Le quartier à l’époque de la Commune

(bientôt en ligne)

3. La Semaine sanglante et ses suites dans le quartier

(bientôt en ligne)